Les retraités CGT ne désarment pas face à la sourde oreille du Gouvernement

mercredi 3 juillet 2019
par  UD CGT 71

Ils l’ont fait savoir lors d’un point presse qui s’est tenu ce lundi 24 juillet 2019 au siège de l’Union Départementale CGT à la Maison des Associations Guynemer au Creusot.

 

Malgré 7 manifestations successives (du jamais vu) sous son règne, le Président Macron reste sourd aux revendications, aux difficultés quotidiennes des retraités et aux inquiétudes pour l’avenir.
Depuis des mois, les retraités battent le terrain pour s’opposer aux mesures sociales régressives que veulent imposer le Gouvernement et le patronat. Exclus du débat national, ils ne se sont pas privés d’exprimer leur colère et leurs exigences sur les cahiers de doléances. Les retraités ont décidé de faire eux-mêmes leur débat et démontrer au Président qu’ils ne sont pas décalés par rapport à la réalité. Tous les enjeux de société les intéressent, ils veulent participer aux alternatives concernant l’avenir de leurs enfants et petits-enfants. Les retraités CGT investissent les marchés, les mairies, distribuent des milliers de tracts et ont même édité un questionnaire « Macron verrouille le débat, la CGT Retraités vous donne la parole ». Des dizaines de milliers de cartes pétitions de neuf organisations syndicales ont été déposées à l’Elysée le 20 juin dernier. Et depuis 2014, 14 journées d’action ont eu lieu, un signe qui ne trompe pas !

Près de 4% de perte de pouvoir d’achat en 2018 !
Dès janvier 2018, les pensions nettes de plus de 10 millions de retraités ont baissé de 1,83% via la hausse de 1,7 point de la CSG. Avec l’inflation, c’est presque 4% de perte de pouvoir d’achat. Les retraités ont payé à la place des patrons auxquels le président Macron a offert de multiples avantages fiscaux dont la suppression de l’ISF et la transformation du CICE en baisse des charges salariales. S’agissant des retraités, le gouvernement a décidé que les pensions de retraite n’augmenteraient que de 0,3% en 2019 et 2020 alors que la hausse des prix est estimée à 1,5% sur ces deux années.
Les retraités ont fait reculer le Président Macron.

Il s’est fait élire en promettant entre autres de préserver le pouvoir d’achat des retraités. Une fois élu, il a gelé les pensions alors que la loi impose une revalorisation chaque année en tenant compte de l’inflation. Sous la pression des retraités, 3 reculs ont eu lieu. Le 20 mars 2018, 100 000 retraités ont été exemptés de la hausse de la CSG. Le 10 décembre 2018, il a annoncé l’annulation de l’augmentation de 25% pour les pensions inférieures à 2 000€. Promesse tenue en partie seulement ! Le 25 avril 2019, il a annoncé qu’il revalorisera les pensions inférieures à 2 000€ en 2020 et pour tous en 2021 en fonction de l’inflation.

Il annonce aussi un minimum de pension à 1 000€ sans en préciser ni le calendrier, ni les modalités.
Mais ces premiers reculs ne suffisent pas. Les retraités ont subi une sévère perte de pouvoir d’achat, équivalant à un mois de pension en 2 ans en tenant compte de l’inflation. En cette période actuelle où règne une certaine confusion, les retraités CGT restent plus que jamais vigilants et déterminés.

Etaient présents à ce point presse les secrétaires de l’Union Départementale des Retraités CGT : Michel Maillet, Roland Palluet, Alain Medici, Philippe Bollotte.